L’UE adopte la directive Big Brother et ignore l’industrie et la société civile Communiqué de la FFII

, par FFIII

Le 14 décembre 2005, Strasbourg, France — Le Parlement européen a
adopté aujourd’hui une directive qui créera la plus grande base de
données de surveillance au monde, traçant et stockant toutes les
communications au sein de l’Union européenne. « À partir de maintenant, tous les citoyens européens seront pistés et surveillés comme s’ils étaient des criminels ordinaires », déclare Pieter Hintjens, président de la FFII./

La directive sur la conservation des données est passée avec 378 voix
contre 197, se conformant aux accords entre le Conseil et les deux plus importants partis du Parlement, les conservateurs du PPE-DE et les socialistes du PSE. Le rapporteur sur cette directive, le libéral
Alexander Alvaro, a fait retirer son nom du rapport en signe de
protestation.

Jonas Maebe, membre du bureau de la FFII, déclare : « Parmi d’autres
mesures cinglantes, la directive impose l’enregistrement de l’origine
et de la destination de tous les courriels que vous envoyez et de tous les appels téléphoniques que vous passez. En outre, la directive ne dit rien à propos de qui va financer ces enregistrements, ce qui occasionne une distorsion substantielle du marché des télécommunications. »

« Par ailleurs, la directive ne tient pas compte du fonctionnement des protocoles Internet. Par exemple, le traçage des appels téléphoniques sur Internet est généralement impossible sans surveillance rapprochée du contenu des paquets de données. La raison en est que de telles connexions ne sont pas forcément établies depuis un serveur central sur lequel le stockage imposé pourrait s’appliquer. Au-dessus de tout ceci, vous avez des techniques comme le tunneling (VPN, Virtual Private Network ou réseau privé virtuel) qui rendent tout bonnement impossible de regarder le contenu », ajoute-t-il.

Les données rassemblées pourront être rendues disponibles sans garantie particulière et sans se limiter à certains types de crimes. Il n’y aura aucune évaluation indépendante, aucune mesure supplémentaire préservant la vie privée et aucun garde-fou spécifique pour la sécurité. Les données seront conservées pour des durées allant de 6 mois à n’importe quelle période pour laquelle un État membre pourra convaincre la Commission.

Hartmut Pilch, vice-président de la FFII, poursuit : « Ce résultat
montre que nous devons rester vigilants en permanence et travailler sur toutes les directives pertinentes dès leur élaboration. Aujourd’hui même, le projet de seconde directive sur l’application des droits de propriété intellectuelle (IPRED2, Intellectual Property Rights Enforcement 2), également condamné unanimement par l’industrie et la société civile, menace quiconque pris dans un litige sur un brevet, d’être considéré comme criminel. »

Informations complémentaires

- Vue d’ensemble recto-verso des conséquences des principaux
amendements

- Flux vidéo en anglais de la session plénière d’aujourd’hui (au format Windows Media)

- Flux vidéo en VO de la session plénière d’aujourd’hui (au format
Windows Media)

- Conservation de données : l’usine à gaz s’emballe

- Actualités, prises de position et analyses sur le contenu de la
directive

- Précédents communiqués de presse de la FFII

Services

Hébergement - Mails - Listes de diffusions - Pads - Clouds - Outils collaboratifs - Gitlab - ...
Voir tous les services

Tarifs